Présentation Diaporama


Dans un monde qui cherche sa logique, une ambiguité majeure tourne autour du mot développement.
DE QUEL DÉVELOPPEMENT LE MONDE A-T-IL BESOIN ?
Pour définir le développement des différentes Nations, les organismes officiels adoptent comme critère d'évaluation, le PIB (Produit Intérieur Brut). S'il traduit l'importance des activités économiques conventionnelles (industries, services, agriculture), le PIB n'est pas un indicateur fiable en terme de répartition des richesses. Il peut signifier élévation moyenne du niveau de vie, mais aussi, si le partage n'est pas équitable, enrichissement accru des plus riches et appauvrissement continu des plus pauvres. Le phénomène se vérifie dans les pays les plus avancés. Pour juger du développement réel d'un pays, il faut donc recourir à d'autres critères, ceux du développement humain, étalonnés sur l'accès aux libertés essentielles : DROIT À L'ÉDUCATION, DROIT À LA SANTÉ, DROIT À LA SÉCURITE ALIMENTAIRE, DROIT À UN TRAVAIL JUSTEMENT RÉMUNÉRÉ...

Cette exposition centre sa réflexion sur l'accès à l'éducation, base essentielle du développement humain et source de toutes les richesses. Elle souhaite aller au-delà du simple inventaire planétaire du droit à l'éducation. Elle décrit la situation à travers les grandes problématiques et leurs conséquences en terme de développement. L'exposition suit aussi la logique des différents cycles d'enseignement et d'accès au savoir.

PLAN DE L'EXPOSITION (12 panneaux)

1 - Titre et introduction
2 - Un tiers des humains adultes n'a jamais connu l'école !
3 - L'effort doit d'abord porter sur l'école primaire
4 - L'école primaire, mais pour au moins cinq ans !
5 - Après le primaire, le secondaire !
6 - Les femmes encore victimes de la discrimination
7 - Les petites filles d'aujourd'hui
seront-elles les femmes libres de demain ?
8 - Des jeunes femmes instruites pour améliorer la vie !
9 - Des femmes et des hommes
pour toutes les disciplines de haut niveau !
10 - Il n'y a pas de fatalité... Il suffit d'avoir la volonté !
11 - Conclusion (I)
12 - Quelques chiffres