Présentation Caractéristiques

La vision EN RELIEF est une expérience marquante. La vision en reliefpropose une vraie proximité avec l'univers des services de santé chargés, au milieu du chaos et de la destruction, de sauver des vies..

Découvrez la présentation en PDF

Recevez les TARIFS grâce à ce FORMULAIRE

La diversité des documents collectés, le soin apporté à leur restauration et à la constitution de séries cohérentes mettent en valeur ces documents d’exception et proposent aux visiteurs une plus grande proximité avec les événements. Les photographies sont assemblées afin de former un ensemble cohérent apportant au visiteur une information historique au-delà du témoignage visuel. Les séries sont accompagnées de visuels didactiques qui présentent les thèmes évoqués dans les photographies et apportent des données synthétiques sur les différents aspects traités.

Le Premier Conflit mondial et ses millions de blessés ont imposé aux techniques chirurgicales et à l'organisation des services de santé des armées une profonde mutation.

Au début de la guerre, "emballer, expédier, évacuer"
La doctrine de l'armée française est basée sur l'évacuation immédiate des blessés vers l'arrière. Il est prévu de n'effectuer que des soins de base sur le front, d'évacuer le blessés et d'effectuer les interventions lourdes à l'abri comme en temps de paix, profitant de tous les progrès de la médecien. En même temps, les dégâts occasionnés par les blessures par balles ou par l'artillerie sont sous-estimés. Lors des premiers affrontements lourds en août et en septembre, c'est la recrudescence d'infections et de grangrènes provoqués par des transports trop longs vers l'arrière. En plus, sur le front, les contingents mobilisés ne sont pas tous à jour de leur vaccination, des épidémies de fièvres typhoïdes se déclenchent de manière inquiétante.

Fin 1914, des mutations déjà en cours
Dès le mois de septembre1914, les services de santé ont compris les enjeux et réfléchissent aux améliorations immédiates à apporter. Fin 1914 déjà, les services tentent de se rapprocher du front et la définition des interventions médicales et chirugicales a déjà commencé à évoluer vers plus d'efficacité dès les premiers soins. Au début de l'année 1915, les services de santé ont réagit et initié des réformes : on réorganise le commandement, la formation permanente des médecins à la médecine de guerre s'intensifie, on développe des spécialités comme la chirurgie réparatrice et l'appareillage, c'est le rapprochement généralisé des cadres et des structures vers le front...

Le rôle et l'histoire des services de santé des armées sur tous les fronts de la Grande Guerre. Un seul objectif, au milieu du carnage humains, sauver des vies, de part et d'autre...

PLAN DE L'EXPOSITION
(5 visuels 60x80 cm + 14 visuels 40x40 cm ou 60x60 cm)

1 - Titre
2 - Au début de la guerre, « emballer, expédier, évacuer »
3 - Début 1915, les mutations sont déjà en cours.
- Sur le front, l’amélioration des postes de secours
- Entre le front et l’arrière, les hôpitaux origines d’étapes
- La pénurie de médecins qualifiés
- Du personnel sans expérience
4 - Une chaîne ininterrompue
- Les enjeux du triage des blessés
- La motorisation des moyens d’évacuation
5 - La guerre accélère l’évolution des pratiques médicales
- La généralisation de la vaccination
- L’évolution des pratiques et des techniques
- Près d’un blessé sur 5 présente des complications
- L’importance des premiers soins
- La chirurgie de l’avant
(Du visuel 6 à 19, documents 3D)
6 - Transport d’un soldat intoxiqué
7 - Poste de secours au nord de Verdun
8 - Transport d’un blessé
9 - Prisonniers et blessés allemands
10 - Blessés français pendant les offensives
11 - Train sanitaire
12 - Poste de secours en zone de combat
13 - Compagnie d’ambulance
14 - Ambulance du corps colonial
15 - Le général Poeymirau blessé
16 - Les Chambrettes
17 - Un poste de secours
18 - Cagna d’ambulance
19 - Personnels d’un poste de secours